118 J Viatte, Auguste, 1804-2009.02.14 (Fonds)

Archive plan context

 

Informations conc. l'identification

Cote:118 J
Cote plan d'archivage:118 J
Titre:Viatte, Auguste
Période de création:1804 - 2/14/2009
Niveau:Fonds
 

Indications sur l'étendue

Mètres courants:17.00
 

Zone du contexte

Histoire administrative:Auguste Viatte fils de Germain Viatte, médecin, et de Marie Joos est né à Porrentruy dans le Jura suisse le 27 juin 1901. Il n’a qu’un seul et unique frère, Gérard Viatte né en 1905. Le 13 juin 1932 il épousera Marie-Louise Claro fille de Charles Claro, avocat à la Cour de Paris, et de Suzanne Pouillet. De leur union naissent trois enfants, les jumeaux Jean-Claude et Bernadette en 1935 puis Germain en 1939. Marie-Louise décède prématurément le 9 août 1939 sur le bateau qui devait la conduire avec sa famille en France, laissant Auguste seul avec trois jeunes enfants. Ce dernier ne se remariera pas.
Il acquerra la nationalité française au début de la décennie 1930. Son domicile sera partagé entre trois endroits principaux en Europe soit sa maison natale à Porrentruy, lieu où est située sa bibliothèque personnelle, sa maison de campagne à Cusance en France, lieu où il passait la majeure partie de ses vacances estivales et finalement sa résidence principale à Paris.
Bachelier de l’Ecole cantonale de Porrentruy à 17 ans, il se dirige vers l’Université de Fribourg où il est fait docteur à l’âge de 20 ans avec sa thèse intitulée Le catholicisme chez les romantiques. Il achève sa formation en 1927 en soutenant une thèse d’Etat à la Sorbonne, Les sources occultes du romantisme, devenant ainsi le plus jeune docteur de l’université française. Avant de débuter sa carrière, il choisira de faire un voyage autour du monde qui le mènera de l’Europe vers l’Asie et de l’Asie vers l’Amérique. C’est sur ce continent qu’il débute sa carrière d’enseignant en langue et littérature française au Hunter College de New York en 1925. Ecarté comme candidat à la chaire de littérature française à l’Université de Berne en 1932, il devient finalement titulaire de la même chaire l’année suivante à l’Université Laval de Québec. Il occupe ce poste jusqu’en 1949, année de son déplacement vers la Faculté des Lettres de l’Université de Nancy et de l’établissement de son domicile principal à Paris. A partir de 1952, il détient la chaire de langue et littérature française de l’Ecole Polytechnique fédérale de Zurich, fonction qu’il occupe jusqu’en 1967. Il enseigne enfin au Centre d’études littéraires francophones de Paris XIII. Il est également chargé de plusieurs cours dans divers autres établissements universitaires de la francophonie tout au long de sa carrière professorale et jusqu'à un âge assez avancé.
Les champs d’activité d’Auguste Viatte s’étendent bien au-delà de sa carrière universitaire. Il est un humaniste chrétien engagé notamment pendant la Deuxième Guerre mondiale où il gravite autour du comité France Libre au Canada. Il participe d’ailleurs à la rédaction du Manifeste des intellectuels catholiques de 1942. Surtout, il est un défenseur et un promoteur de la francophonie à l’échelle internationale, notamment par son implication marquée au sein de plusieurs associations vouées à ce but. Il est président de l’Association internationale pour la Culture française à l’étranger et directeur de sa revue de 1956 à 1983. Il est aussi président-fondateur de France-Haïti, une association fondée en 1954 qu’il présidera jusqu’à tard dans les années 1980. Il crée le Prix France-Canada, qui deviendra ensuite le Prix France-Québec, et occupe pendant quelques années la vice-présidence de l’association du même nom. Cofondateur de France-Québec, il en sera président de 1972 à 1977 et président d’honneur par la suite. Homme de lettres, Viatte a publié plusieurs ouvrages sur la francophonie, dont une Histoire littéraire de l’Amérique française en 1954 et une Anthologie littéraire de l’Amérique francophone en 1971, en plus d’avoir collaboré à des ouvrages comme la Grande Encyclopédie Larousse et d’être corédacteur du Dictionnaire général de la francophonie paru en 1986.
Modalités d'entrée:Les documents de ce fonds ont été réunis par les trois enfants d’Auguste Viatte, Bernadette, Jean-Claude et Germain. Ils étaient dispersés, au moment du décès de ce dernier, entre la maison familiale des Viatte à Porrentruy, son appartement parisien et sa maison de campagne à Cusance. Les héritiers Viatte ont légué aux Archives cantonales de l’Office du patrimoine historique du Canton du Jura à Porrentruy les documents du fonds par une convention de donation signée le 20 juillet 1994. Depuis, quelques dons supplémentaires des héritiers Viatte ont été ajoutés pour compléter le fonds le 13 août 1994, le 9 juillet et le 30 décembre 1996 notamment. Comme le dernier versement à ce jour date du 7 novembre 1999, il est tout à fait possible que d’autres dons viennent s’ajouter au fonds éventuellement.
Ce fut effectivement le cas à la suite de l’exposition de 2001, lorsque les enfants Viatte décidèrent de laisser des documents personnels qu’ils avaient communiqués à l’Office pour l’exposition. Parallèlement, la bibliothèque personnelle d’Auguste Viatte est conservée à la Bibliothèque cantonale du Jura à Porrentruy.
 

Zone du contenu et de la structure

Contenu:Ce fonds témoigne de la vie personnelle et professionnelle d’Auguste Viatte. Sur le plan personnel, les diverses facettes de sa personnalité peuvent être retracées de son enfance jusqu’à sa mort à travers divers documents comme ses cahiers d’école, ses dessins et ses journaux personnels qu’il tient assidûment de 1939 à 1988. Sur le plan professionnel, on peut noter divers aspects du travail d’Auguste Viatte. Premièrement, il a enseigné dans divers établissements à titre permanent et temporaire. Cependant, outre ses notes de cours, les documents du fonds d’archives représentent malheureusement plutôt mal cet aspect de sa carrière. En second lieu, il a aussi été l’auteur de plusieurs ouvrages et articles de toutes sortes. C'est pourquoi on retrouve une collection impressionnante d’articles de journaux et de revues en plus des documents témoignant des étapes préliminaires de création de la plupart de ses ouvrages majeurs. Troisièmement, les documents démontrent très bien le rayonnement de sa carrière en Europe et en Amérique. Auguste Viatte, par ses compétences et son expérience des questions qui touchent la culture française en général, a dirigé plusieurs associations francophones importantes comme Culture française et France-Haïti par exemple, sans compter les nombreux liens qu’il a établis avec une foule d’autres associations et d’autres personnes animant le milieu de la francophonie lors de rencontres ou de colloques divers. Finalement, tous les liens qu’il a entretenus, à la fois personnels et professionnels, se retrouvent en grande partie dans la correspondance abondante qu’il a reçue et qui est réunie dans le fonds d’archives.
Le fonds contient principalement de la correspondance, des notes de cours d’Auguste Viatte en tant qu’étudiant ou en tant que professeur, ses textes et ceux d’autres auteurs portant principalement sur la littérature française et sur la francophonie en général et des documents de gestion pour une foule d’associations francophones. Le fonds a été subdivisé en cinq séries représentatives de la vie ou des activités d’Auguste Viatte soit : Vie personnelle ; Le professeur ; L’auteur ; Rayonnement ; la dernière série, intitulée : Correspondance, témoigne des relations personnelles et professionnelles du créateur du fonds. Celle-ci contient une grande partie de la correspondance que ce dernier a reçue.
Notes :
Le titre est basé sur le nom du créateur.
Le fonds contient, en plus des documents textuels, 1086 dessins, 238 cartes géographiques, 250 images, trois médaillons, trois médailles, deux photographies, deux affiches, un objet et une bande sonore.
Le fonds contient des documents en plusieurs langues autres que le français, notamment, l’allemand, l’anglais, l’espagnol, le latin et le chinois.
Mode de classement:Les documents ont été classés en cinq grandes séries. Quatre de ces séries correspondent à des facettes de la vie d’Auguste Viatte, sa vie personnelle, sa carrière de professeur, sa carrière d’auteur et son rayonnement dans la francophonie. La dernière série correspond à un type de documents très précis qui est la correspondance énorme qu’il a reçue au cours de sa vie et qui témoigne du très grand réseau de liens personnels et professionnels qu’il avait établi. Cette série a été créée car il aurait été trop coûteux, en terme de temps, d’intégrer cette correspondance aux diverses facettes de sa vie. Celui ou celle qui sera intéressé par cette correspondance pourra tout de même apprécier un tri et une division entre divers membres de sa famille, ses relations plus particulières avec trois amis/es et sa correspondance reçue pour certaines occasions précises. La correspondance générale, quant à elle, englobe toutes les relations, majoritairement professionnelles, qu’il a entretenues. Auguste Viatte avait lui-même effectué une certaine division pour une bonne partie de sa correspondance. Nous avons donc choisi de laisser ensemble tous les dossiers de correspondance qu’il avait constitués et de faire simplement un classement chronologique. Pour cette raison, nous n’assurons en rien l’exhaustivité des thèmes des dossiers de correspondance rassemblés par lui, même si après vérification, la majeure partie de la correspondance est en lien direct avec le thème indiqué par Auguste Viatte. Quiconque voudra chercher de la correspondance ayant trait à Haïti, par exemple, devra bien sûr consulter le dossier constitué par Auguste Viatte sur Haïti avant tout, mais devra aussi consulter les autres dossiers constitués ainsi que les dossiers qui ont été reconstitués chronologiquement.
 

Zone des sources complémentaires

Sources complémentaires:Les fonds d’archives de la famille Viatte, de Gérard Viatte, de Germain Viatte et de Louis Viatte, tous conservés aux Archives cantonales du Jura à Porrentruy, seront des sources complémentaires intéressantes lorsqu’ils seront accessibles durant les prochaines années. De plus, les principaux établissements où Auguste Viatte a enseigné, Hunter College, Laval, Nancy et Zurich ont probablement conservé des dossiers de gestion sur Auguste Viatte. Le fonds d’archives Deffontaines à la Biblioteca de Catalunya à Barcelone contient aussi des lettres d’Auguste Viatte à son beau-frère Pierre Deffontaines-Claro.
Lors du traitement du fonds, quelques images pieuses, quelques cartes postales non adressées, des articles d’autres auteurs sur le Jura et un médaillon d’un pèlerinage ont été sortis du fonds pour être intégrés dans d’autres collections du dépôt d’archives. Les documents appartenant à d’autres membres de la famille Viatte ont aussi été retirés.
Les recherches généalogiques entreprises par Auguste Viatte ont abouti la rédaction d’histoires familiales concernant les Simon, les Vermeille, les Viatte, les Pouillet, les Rondot. En outre, Auguste Viatte a établi d’imposants tableaux généalogiques de sa propre famille. Ces documents sont classés dans les archives des familles Simon et Viatte, sous la cote 122 J.
Bibliographie:- NOIRJEAN, François. Les archives d'une famille d'intellectuels. In: Jurassica. 1994. No 8, pp. 37-38
- LAVOIE, Martin, TREMBLAY, David C. Le traitement du Fonds Auguste-Viatte à l'Office du patrimoine historique: témoignage de deux Québécois. In: Jurassica. 1999. No 13, pp. 46-47
 

Zone des notes

Remarques:Classement du fonds effectué par François Noirjean, Martin Lavoie et David C. Tremblay, ces deux derniers lors d'un stage de maîtrise en archivistique de l'université Laval à Québec, sous la direction de Martine Cardin en 1999.
Un complément a été apporté par Roger Monnat et François Noirjean en 2004.
 

URL for this unit of description

URL:https://archivescantonales.jura.ch/detail.aspx?ID=10237
 
Home|Login|fr de en
State Archives Jura (ArJC) - Online Queries